Ils sont trois, tous maraîchers !

Ils sont tous installés à moins de 50 km de Limoges. Mathieu Gérardin (Vicq-sur-Breuilh), Rémy Rousseau (Le Coudert, Limoges) et Nicolas Roch (Châteauponsac) ont fait le choix de rejoindre Saveurs Fermières, qui fédère 80 paysannes et paysans coopérateurs dans la gestion des deux magasins de producteurs limougeauds.

Du côté de la coopérative, on se réjouit de pouvoir compter sur le savoir-faire de trois nouveaux adhérents pour approvisionner les étals de légumes : « C’est un rayon sur lequel il y a toujours eu une forte demande », indique Gaspard Hedde, Président de Saveurs Fermières. « Ici, nous ne faisons pas d’achat-revente. Nous tenons à garantir la fraîcheur. Tous nos légumes arrivent en direct de nos fermes. » Or avec la crise liée au Covid-19, la demande a augmenté de manière significative ces derniers mois. Même si le soufflet est retombé depuis le déconfinement, l’intérêt pour les produits locaux se confirme et les légumes font partie des denrées les plus plébiscitées. « Nous pouvons désormais compter sur 11 fermes maraîchères locales pour nous livrer chaque jour. », précise Gaspard Hedde. « Fédérer est dans l’ADN de Saveurs Fermières, nous sommes une coopérative vivante et accueillir trois nouveaux maraîchers rend notre collectif plus fort. »

Ensemble pour la vente en circuit court

Pour les trois nouveaux adhérents, Saveurs Fermières offrent de nouvelles perspectives.

Rémy Rousseau

En passe de reprendre la ferme de son père au Coudert (Limoges), est enthousiaste : « C’est un nouveau débouché qui nous donne de la lisibilité, ça répond à nos questionnements suite à la période de confinement. » Longtemps présent sur le marché de la place des Bancs, il choisit aujourd’hui de privilégier la vente à la ferme et de compléter sa commercialisation avec Saveurs Fermières. « J’avais envie de tester la vente en magasin de producteurs. Ici, on propose une vraie alternative aux clients. Cela permet de leur offrir tout ce que notre région peut produire en un seul point de vente, avec le maximum de plages horaires. C’est à nous, producteurs, de trouver les solutions pour encourager les gens à consommer local. J’adhère à ça ! »

Mathieu Gérardin

Installé depuis 2016 à Vicq-sur-Breuilh en maraîchage bio, Mathieu Gérardin est séduit par l’approche collective : « J’avais l’envie de travailler avec d’autres paysans sur les ventes, dans un esprit de coopération. Saveurs Fermières m’a fait part de besoins en légumes primeurs et en légumes d’hiver. C’est à la fois une nouvelle opportunité de vente et la possibilité de travailler avec d’autres dans une bonne ambiance. » L’occasion aussi de repenser son modèle économique : « Le fait de travailler avec Saveurs Fermières va me permettre de me concentrer sur quelques légumes en plus grandes quantités pour fournir la coopérative, tout en gardant une production assez diversifiée pour les AMAP et marchés. » A terme, Mathieu Gérardin souhaite atteindre une surface cultivée d’environ 2,5 hectares, avec à la clé deux postes de maraîchers à temps plein.

Nicolas Roch

Le défi est tout autre pour Nicolas Roch. Après une longue expérience dans l’élevage, il fait le choix de se lancer dans le maraîchage sur 1 hectare en conversion bio, tout en conservant un troupeau d’ovins pour valoriser l’ensemble de ses terres. En début d’année, il prend contact avec plusieurs magasins de producteurs afin d’évaluer les débouchés : « Saveurs Fermières a montré un vrai intérêt pour mon projet et ça m’a donné une garantie pour les ventes, ça facilite grandement les choses. J’ai effectué mes premières livraisons au mois d’août et les retours sont bons. »

Tous ont pour point commun de croire dur comme fer en la vente en circuit court. En rejoignant Saveurs Fermières, ils contribuent au renouveau de l’alimentation de proximité à Limoges et défendent ensemble une vision paysanne et nourricière de l’agriculture.

Voir l'article publié sur l'Info87 début Octobre 2020
Voir l'article publié par France Bleu Limousin